En passant : « Métronome » de Lorànt Deutsch

Le très utile Comité de Vigilance des Usages Publics de l’Histoire (CVUH) vient de publier une analyse du best-seller « historique » Métronome de Lorànt Deutsch : http://cvuh.blogspot.fr/2012/06/metronome-un-succes-historique.html.

J’en retire deux choses. Premièrement, Métronome est un magnifique instrument de propagande réactionnaire, d’autant plus puissant qu’il s’adresse à un public qui n’est pas capable de prendre le recul nécessaire pour l’analyser. Deuxièmement, les historiens scientifiques doivent reprendre la main en ce qui concerne la vulgarisation : sinon, Métronome risque de ne pas être le dernier représentant de la récupération nauséabonde de l’Histoire.

P.S. : Je n’ai toujours rien écrit sur L’Anarchisme chrétien, comme je le promettais dans le billet précédent. C’est que je suis bloqué au chapitre 5 consacré à la peinture, à laquelle je n’arrive pas m’intéresser, et que j’ai, entre temps, découvert un romancier contemporain passionnant, Arto Paasilinna, et une source médiévale incroyablement attachante, la Vie de saint Louis de Jean de Joinville. Promis, dès que j’ai fini Joinville, je m’y remets🙂

10 réponses à “En passant : « Métronome » de Lorànt Deutsch

  1. Je ne suis pas parvenu à le terminer, ce Métronome à la con. Le ton, qui impérieux qui gaudriolant, est insupportable, les erreurs, nombreuses, sont catastrophiques et le message véhiculé est franchement très tendancieux.
    « Dort wo man Bücher verbrennt, verbrennt man auch am Ende Menschen », certes, mais pour certains l’option se pourrait être envisagée.

      • Pour Lorànt Deutsch et son livre. Certes, le combustible sera rare, le feu étouffé, les sauts de la St Jean au dessus seront trop faciles, mais on se consolera en envisageant des lendemains chanteurs et riants.

      • Oh oui ! On organisera un « brûlement » du Métronome et de son auteur sur le modèle du brûlement du talmud ! Qu’est-ce qu’on va rigoler ! Plus que Louis IX et ses potes, eux ils ont pas pu brûler l’auteur.

  2. C’était pas le Coran qu’on brûlait dans le livre de Heine dont est tirée la citation ? Bref, c’est pour la bonne cause, donc c’est juste et bon.
    C’est qui l’auteur du Talmud ? (hehehe)

    Ca me fait par ailleurs penser au site de Kemi Séba, à la belle époque, sur lequel le rigolo nous sortait « nul n’ignore que la Torah a été rédigée par blablabla en 476 avant JC… »
    1. Apparemment, il n’y avait qu’un auteur
    2. Le mec, l’auteur donc, avait réussi le tour de force de rédiger tout cela en moins d’une année au cinquième siècle avant Ponce Pilate (ou bien était-ce Hérode ? Je ne sais pas, je ne sais plus…)

    Dommage que le site ait disparu, il était très drôle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s